Qu’est ce qu’un mur de soutènement ?

Un dispositif qui ponctue les propriétés, qui encadrent à merveille un jardin ou une terrasse, le mur de soutènement se trouve partout à tel point qu’on ne fait plus attention à sa présence. S’il est souvent utilisé sur les voies publiques et les bergers dans le but de lutter en toute efficacité contre les risques d’éboulement ou de glissement de terrain, il n’est pas aussi rare de le rencontrer dans les jardins d’un logement ou d’une résidence privée. À quoi sert-il exactement ? De quoi est-il constitué ? Comment le construire ? Découvrez dans cet article les essentiels concernant le mur ou support de soutènement.

Rôle et usage d’un mur de soutènement

Il s’agit avant tout d’un type d’aménagement qui permet de contenir durablement une pression à une hauteur de terre évaluée à deux mètres au minimum. Le but étant d’éviter un éboulement ou glissement de terrain de manière pratique et efficace. Plus précisément, l’objectif d’un tel aménagement est de contenir et de garder de la terre dans une zone amplement réduite, définie et délimitée. Ainsi, le mur de soutènement (qui se trouve toujours en extérieur) peut être bel et bien utile pour contrebuter les terres et en même temps pour préserver les routes contre les risques liés au glissement ou à l’éboulement de terrain en pente. À part cela, il peut également devenir un type d’aménagement par excellence pour offrir plus de charme à une décoration de un jardin privé. Eh oui ! Dans le cadre d’un jardin en pente, ce type d’aménagement permet de concevoir une zone plane qui pourrait, par la suite, être utilisée pour construire un parterre de fleurs, un carré potager ou bien une terrasse.

Caractéristiques de ce type d’aménagement

Dans la majeure partie des cas, le mur de soutènement est caractérisé par une série de matériaux solides et rigides qui peuvent résister favorablement à la pression par les terres d’un terrain en pente. Il peut ainsi être construit avec des parpaings, des moellons, des briques, des pierres naturelles, etc. Il est également possible de concevoir un mur ou une zone de soutènement en béton armé. À vrai dire, le matériau utilisé dépend en grande partie du genre de terrain à soutenir, du niveau de la pente, de sa densité, etc. Cela dit, suivant ces différentes caractéristiques, il existe généralement plusieurs modèles types de mur ou d’espace de soutènement. Parmi ceux-ci se trouvent par exemple le modèle en pierre sèche utilisé le plus souvent au bord des routes. On a aussi le modèle de mur en béton armé ou en parpaings qui s’appuie exclusivement sur le poids de la terre pour assurer sa stabilité, ainsi que le mur antibruit qui résulte d’un mélange parfait entre la laine minérale et les briques creuses.

Construire un mur de soutènement conforme aux normes

Afin qu’il puisse accomplir son rôle de façon optimale, le mur ou support de soutènement doit être aménagé suivant les normes exigées et dans les règles de l’art. Autrement dit, sa construction doit être soumise à certaines conditions. Parmi ces dernières, il ne doit en aucun cas être érigé sur une pente qui va au-delà de 10°, avec une hauteur ne dépassant pas les 4 mètres. En outre, il doit absolument être drainé de manière à éviter l’infiltration de l’eau et la possibilité de fissures pouvant entraîner l’écroulement du mur après un excès de pression du terrain ou des terres contenues. Par ailleurs, il vous est également déconseillé de construire un mur de soutènement sur un sol ou une terre trop meuble, de peur que ses fondations ne soient pas assez stables et résistantes. Certes, la construction de ce type d’aménagement doit faire l’objet d’une étude préalable menée par un prestataire ou une entreprise expert en la matière.

Un jardin fleuri, même à l’ombre : zoom sur les fleurs de l’ombre
Les différents types de bordures de jardin : que choisir ?